La prescription en psychiatrie publique française : des psychotropes de la chronicité aux médicaments de l’autonomie?

Julia Legrand

Quand ? Jeudi 12 mars 2020 de 17h à 20h

Où ?  Salle des examens (Université Saint-Louis, Bruxelles)

Formée initialement en philosophie, Julia Legrand soutiendra le 30 avril 2020 une thèse de doctorat en sociologie intitulée « L’incertitude psychiatrique : une sociologie de la prescription de psychotropes en psychiatrie publique » et réalisée au sein de l’équipe Genre, Travail, Mobilités du Centre de recherche Sociologique et Politique de Paris, sous la direction de Régine Bercot (CRESPPA-GTM) et Livia Velpry (CERMES3).

Résumé de sa présentation 

Historiquement, l’usage de psychotropes a transformé l’activité en psychiatrie hospitalière française d’un objectif de guérison à une gestion de la chronicité. Aujourd’hui, la psychiatrie publique se caractérise toujours par la prise en charge de patients aux trajectoires chroniques et traités principalement par des médicaments. Sur la base d’une comparaison entre une unité fermée d’hôpital psychiatrique et un établissement pour la prise en charge ambulatoire, cette communication vise à interroger comment les normes actuelles d’autonomie s’articulent avec l’impératif de prise en charge de trajectoires chroniques et circulaires des patients, pour circonscrire des genres de prescription médicamenteuse. En particulier, cette intervention permettra d’explorer comment des contraintes organisationnelles résonnent avec des normes et impactent les choix prescriptifs des psychiatres, et comment, dans ce contexte, les neuroleptiques injectables apparaissent aux médecins comme les traitements les plus adaptés – ce qui interroge quant à leur fonction de contrôle voire de contrainte.

Pour vous inscrire, merci de bien vouloir cliquer sur ce lien.