Andras Zempléni, Directeur de recherche honoraire au CNRS, LESC, Université Paris-Nanterre

« Du mal de l’autre au mal de soi.
A propos de l’individualisation psychopathologique en Afrique »

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion du séminaire du CASPER qui aura lieu le mardi 29 mai 2018 de 17h à 20h

Cette séance du séminaire du CASPER sera l’occasion d’une rencontre exceptionnelle avec Andras Zempléni, figure majeure de l’ethnopsychiatrie et de l’anthropologie de la médecine, des rituels et de la divination. Formé à l’ethnologie, à la psychologie et à la linguistique africaine à la Sorbonne et au musée de l’Homme (Paris), Andras Zempléni a réalisé ses principaux terrains chez les Wolof et les Lebou du Sénégal, chez les Moundang du Tchad, ainsi que chez les Sénoufo Nafara de Côte d’Ivoire. A Dakar, il a travaillé notamment avec les époux Ortigues (Edmond et Marie-Cécile), auteurs du fameux Œdipe africain. Son article « La maladie et ses causes » (1985) est devenu une référence centrale de l’anthropologie de la médecine. En 1965, Andras Zempléni décrivait (en collaboration avec Jacqueline Rabain) un syndrome traditionnel sénégalais, celui de l’enfant nit ku bon. Récemment, ce syndrome a fait l’objet de relectures le rapprochant de l’autisme infantile. Cette mutation (du syndrome mais aussi du regard porté sur lui) sera la porte d’entrée de la réflexion que nous proposera Andras Zempléni à propos de « l’individualisation psychopathologique en Afrique », dans un contexte marqué par des transformations sociales et psychologiques – se manifestant notamment par un passage des interprétations « persécutives » (liées aux pratiques thérapeutiques magico-religieuses traditionnelles) aux interprétations « responsabilisantes » (liées à l’individualisation socio-économique), et s’accompagnant d’une flambée des idées persécutrices anciennement liées à la sorcellerie et désormais « désocialisées et devenues ravageuses parce que déconnectées des anciens usages sociaux de la maladie ».

Nous aurons la chance de pouvoir compter également sur la participation d’Alain Ehrenberg (Directeur de recherche émérite au CNRS, Cermes3) et de Baptiste Moutaud (Chargé de recherche, LESC, Université Paris-Nanterre), qui travaillent sur des thématiques qui font écho à certaines questions qui seront soulevées par Andras Zempléni, certes à partir de contextes différents (les dimensions sociales et culturelles des neurosciences, l’autonomie comme condition et la responsabilisation de soi, etc.). Alain Ehrenberg vient de publier La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société (Odile Jacob, 2018).

 

Université Saint-Louis, salle du Conseil,
43 bd du Jardin Botanique, 4ème étage via ascenseur à droite près de l’accueil